Elections municipales et métropolitaines

28 juin 2020 à Rouen

Accueil > Nicolas

Qui est Nicolas ?

 

Nicolas Mayer Rossignol

42 ans – marié, père de deux filles de 11 et 14 ans (Lou et Ella)

Cadre dirigeant d’entreprise (Nutriset, Malaunay)

Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, Agrégé de Sciences de la Vie et de la Terre, Ingénieur du Corps des Mines

Habite à Rouen - Quartier Hôtel de Ville

Bénévole aux Restos du Cœur

Joueur de tennis (15), foot, basket

Fou de toutes les musiques – guitariste rock, metal, classique et jazz

 

Je suis né le 8 avril 1977, dans une famille de Pieds-Noirs. J’ai passé les premières années de ma vie à Bamako, au Mali, où ma mère était enseignante en coopération, puis à Bordeaux. J’ai grandi avec mon petit frère, Clément. Ma mère nous a élevés seule ; je sais ce que c’est que de vivre dans une famille monoparentale.

 

Je dois beaucoup à l’Ecole de la République: grâce à une bourse, j’ai eu la chance de pouvoir faire des études scientifiques à l’Ecole Normale Supérieure rue d’Ulm, puis à l’Université de Stanford en Californie et à l’Ecole des Mines de Paris. J’en ai gardé le goût du travail, de l’ouverture d’esprit, de l’innovation, et un profond respect pour celles et ceux qui se battent pour l’Education, l’Enseignement, la Recherche.

 
 

A la fin des années 90 je me suis formé à l’économie et au droit. Je suis devenu ingénieur du Corps des Mines. A cette époque j’étais aussi militant d’ATTAC, pour l’instauration d’une taxe sur les transactions financières à l’échelle mondiale. Combat toujours d’actualité.

 

J’ai toujours considéré et dit que la politique, si elle requiert des aptitudes, ne doit surtout pas être un métier. C’est d’abord un engagement, une passion. Pas une carrière. Pour bien ‘faire’ de la politique, il faut en être véritablement indépendant et avoir une réelle expérience professionnelle. En d’autres termes, quand on est élu pour parler d’emploi, il vaut mieux en avoir eu un ! Pour ma part j’ai travaillé dans le public comme dans le privé. J’ai travaillé dans une usine qui fabriquait des chaussures pour enfants, en France. Dans une entreprise de bioinformatique, en Allemagne. Dans un laboratoire de recherche, aux Etats-Unis. Dans l’administration française et européenne, à Paris et à Bruxelles. Aujourd’hui je suis cadre dirigeant chez Nutriset, entreprise à mission humanitaire basée à Malaunay. J’ai toujours considéré que mon indépendance professionnelle était une condition indispensable de ma liberté de jugement et de la sincérité de mon engagement public. S’engager c’est servir, pas se servir.

 

L’Europe m’a toujours passionné. Partisan d’une autre Europe, plus solidaire, plus démocratique, je voulais comprendre son fonctionnement de l’intérieur. J’ai ainsi passé quelques années (2003-2008) à la Commission européenne, où je travaillais dans le secteur des médicaments et des biotechnologies. C’était au moment de l’arrivée des pays de l’Est au sein de l’Union européenne en 2004, du débat sur le Traité constitutionnel européen en 2005. C’était une expérience extraordinaire. Notre première fille, Ella, est née à Bruxelles.

 

En 2008, alors que nous attendions notre deuxième enfant (Lou !), j’ai rejoint Laurent Fabius en Seine-Maritime pour contribuer à créer la Communauté d’agglomération Rouen-Elbeuf-Austreberthe (CREA) qui allait devenir la Métropole Rouen Normandie. A l’époque, elle faisait débat. Rares sont ceux qui en contestent aujourd’hui la pertinence, même si de nombreux points restent à améliorer (proximité et gouvernance collective notamment). J’ai aussi contribué à la naissance du Festival Normandie Impressionniste. Certains se souviennent de ‘Camille’, la sculpture monumentale sur le Pont Boieldieu, ou de l’œuvre participative ‘Monet Vu du Ciel’ sur le parvis de l’Hôtel de Ville…

 
 
 
 

En politique, la sincérité devrait être cardinale. Je n’ai jamais caché mes convictions : je suis un homme de gauche. Je crois profondément que le monde tel qui va (ou ne va pas !) n’est pas soutenable, ni au plan écologique, ni au plan social. Je me bats, à mon modeste niveau, pour plus de justice et moins d’inégalités.

 

De 2013 à 2015 j’ai été Président de la Région Haute-Normandie. A 36 ans, j’étais le plus jeune Président des Régions de France. J’ai animé une majorité politique rassemblant plusieurs forces de gauche, socialistes, écologistes, communistes, mais aussi des personnalités progressistes de la société civile. Sous notre mandat, la Haute-Normandie était selon la Cour des comptes l’une des régions les mieux gérées de France. Nous avons lancé la filière des énergies marines renouvelables, obtenu l’attribution des parcs éoliens du Tréport et de Fécamp, décidé les investissements massifs dont on voit aujourd’hui l’aboutissement comme au Havre (campus universitaire, 500 ans de la Ville…) ou à Rouen : travaux dans le cœur de métropole, rénovation des quais, aménagements de la gare rive droite, jardin des plantes, Chapelle Corneille…. Nous avons aussi mené le chantier de la fusion de la Haute et de la Basse-Normandie.

 

Je veux vous dire une chose qui me paraît fondamentale : je suis convaincu qu’en politique, on n’a jamais raison tout seul. Comme Président de Région j’ai travaillé avec des élus de tous bords, de tous les territoires. On peut avoir ses convictions personnelles et se rassembler, sans sectarisme, avec d’autres pour porter l’intérêt général autour d’objectifs communs. C’est le fil rouge de mon engagement public.

 

Après les élections régionales de fin 2015 que j’ai perdues (à 0,2% près !) face à Hervé Morin, j’ai repris une activité professionnelle. Face à la défiance, immense, de nos concitoyens vis-à-vis des élus qui les représentent, il me semble important de favoriser les rapprochements entre le monde politique et la société civile. Les élus ne doivent pas être ‘hors-sol’. Comme beaucoup de Français, j’ai cherché du boulot, passé des entretiens d’embauche.

 

Depuis 2016 je suis salarié, aujourd’hui Directeur général délégué, de Nutriset. Basée à Malaunay près de Rouen, Nutriset est une entreprise familiale indépendante, de taille intermédiaire (200 employés environ). Depuis 30 ans Nutriset se bat contre la faim dans le monde. Nous travaillons notamment avec l’UNICEF, le Programme Alimentaire Mondial, l’OMS, Médecins sans Frontières et de nombreuses ONG, Fondations, gouvernements. Référence mondiale dans son domaine, l’entreprise est notamment à l’origine du premier aliment thérapeutique prêt à l’emploi pour lutter contre la malnutrition aigüe sévère. Chaque année, près de 8 millions d’enfants et d’autres populations vulnérables (des femmes enceintes par exemple) dans près d’une centaine de pays bénéficient des produits de Nutriset. Nous pouvons être fiers de cette ‘pépite’ rouennaise et normande. Nutriset c’est passionnant, c’est utile, c’est normand ! Je suis également (modeste) bénévole aux Restos du Cœur de Rouen, avec lesquels je fais régulièrement des maraudes à la rencontre des SDF de notre Ville. Car ils sont, comme nous, Rouennais et dignes d’attention.

 
 
 
 

Elu à Rouen depuis 2014, je suis ‘simple’ conseiller municipal (sans délégation ni responsabilité d’adjoint). C’est mon premier mandat municipal. En 10 ans, c’est incontestable, notre Ville a profondément changé. Il suffit de regarder les quais, le jardin des plantes, le centre-ville, le CFA sur les Hauts de Rouen, la Bibliothèque Simone de Beauvoir à Grammont, la place des Emmurées…

 

Rouen et sa métropole (les deux sont désormais indissociables, j’y reviendrai) doivent désormais franchir une nouvelle étape. Avec le Collectif citoyen #FiersdeRouen composé de plusieurs milliers de Rouennais.es de tous horizons, nous portons la plus grande ambition possible pour Rouen : en faire l’une des villes les plus agréables à vivre, les plus rayonnantes de France. Rassemblons-nous ! Oui nous sommes fiers de Rouen ! Nous ne nions pas les difficultés, et la fierté n’est pas l’arrogance. Mais notre Ville a tant d’atouts ! Avec les amis du Collectif nous voulons faire de la métropole rouennaise un modèle du XXIème siècle, une référence pour les réponses locales qu’elle apportera aux enjeux globaux de ce siècle : la protection de l’environnement, l’amélioration de la qualité de vie et du vivre-ensemble solidaire, le développement durable de notre agglomération et l’emploi, la démocratie et la participation citoyenne.

 

Rouen a besoin d’une nouvelle énergie. Je veux apporter ce renouveau, ma jeunesse mais aussi mon expérience, mon dynamisme, ma détermination comme mon écoute, ma capacité à rassembler par-delà les étiquettes et les clivages. Notre Ville doit aussi retrouver toute sa place au sein de sa métropole, dont dépendent aujourd’hui la plupart des budgets et des politiques publiques locales. Il faut être honnête : sans la métropole, le futur Maire de Rouen ne pourrait rien faire, concrètement. Car il n’aurait pas réellement les manettes. Il faut aussi dire la vérité : entre la Ville et la métropole, les citoyens sont complètement perdus ! Ils ne retrouvent pas la simplification et la proximité qu’ils attendent. C’est tout le sens de ma candidature.

 

1977 - 1981

 

Naissance à Bordeaux, 1ères années à Bamako, Mali

 

1996

 

NormaleSup ; engagement militant à ATTAC

 

2013

 

Président de la Région Haute-Normandie

 

2016

 

Directeur général délégué de Nutriset